UNE SAISON EN 7 MATCHES

crédit photo : wallis.fr

Des hauts et des bas. Cette saison, l’Athlético Marseille a fait les montagnes russes au classement, avec un début de championnat compliqué avant de relever progressivement la tête. Mi-février, les Marseillais se sont même mis à rêver d’une accession en National 1. Mais il n’en sera, la faute à une irrégularité chronique.

 

 

5e journée, samedi 8 septembre 2018.
Athlético Marseille – Toulon: 3-0
Ce triomphe face au futur champion du groupe restera comme le dernier succès de Nicolas Usaï, à la tête de l’Athlético Marseille. Et quelle victoire ! Un mois avant de rendre un tablier qu’il avait revêtu au début de l’été, le technicien marseillais assiste, impuissant depuis sa zone technique, à l’entame de match délicate de ses protégés. Dominés par l’aisance technique de l’armada toulonnaise, les partenaires de Salimou Mramboini ont d’abord dû faire le dos rond, puis se sont sublimés après la pause. Portés par une chaude ambiance, l’Athlético a affiché une réalisme glaçant. Pape Ibnou Ba brisait le moral adverse à deux reprises, tandis que Sander Benbachir l’achevait en toute fin de partie (3-0). Au soir de la 5e journée, l’Athlético Marseille se hissait sur la troisième marche du podium.

 

 

13e journée, samedi 1er décembre 2018.
Athlético Marseille – Jura Sud: 2-2
Une petite victoire lors de ses sept dernières sorties. Le tableau de chasse de l’Athlético Marseille a pris la poussière, et ce dès l’après-midi enchanté face aux Toulonnais. Nicolas Usaï a quitté le navire et désormais, l’indémodable duo Léon Galli-Didier Camizuli tient la barre. Malgré la bonne impression laissée sur le terrain de Nice, quelques semaines plus tôt (0-1), les « Bleus et Noirs » s’embourbent en queue de peloton. Alors que toutes les étoiles semblaient alignées afin de relancer la machine contre Jura Sud, Mohamed Nehari et les siens ont failli. Aisément en tête au tableau d’affichage grâce à des réalisations d’Ibnou Ba et Yamin Amiri, les Marseillais ont perdu le fil de leur rencontre alors qu’un adversaire était expulsé. A suivi un dernier quart d’heure cauchemardesque durant lequel Jura Sud a arraché le nul, malgré son infériorité numérique (2-2). Au coup de sifflet final, l’Athlético est onzième et déjà distancé.

 

 

15e journée, samedi 22 décembre 2018.
Athlético Marseille – Monts d’Or : 0-1

Les hommes du binôme Galli-Camizuli souhaitaient offrir un cadeau de Noël avant l’heure à leurs supporters. Mais c’était sans compter sur les Monts d’Or qui ont gâché la fête. Si l’on croyait l’Athlético relancé par le succès décroché à Monaco, le week-end précédent (0-1), cette ultime sortie de l’année a été la déception finale d’une phase aller frustrante. Dominateurs mais stériles, les Marseillais ont été surpris en fin de rencontre par Roussey (0-1). L’attaquant de feu-Chasseley trompait Romain Lejeune et reléguait, par la même occasion, l’Athlético Marseille à onze points du leader.

 

 

16e journée, samedi 12 janvier 2019.
US Endoume – Athlético Marseille : 0-2
Nouvelle année, nouvelles résolutions, mais également nouveaux visages. En quête d’un rebond, l’Athlético a fait le ménage dans son effectif. Parmi la vague de recrues à l’accent provençal, censée remplacer au pied levé des départs tout aussi nombreux, une tête n’a pas tardé à émerger. Et c’est celle d’un revenant, Mohamed M’Changama. Ainsi, sur la pelouse synthétique de l’US Endoume, son surprenant voisin (quatrième au coup d’envoi), l’Athlético va enfin lancer sa saison. Omniprésents à la récupération, les hommes de Galli-Camizuli étouffent leurs adversaires du jour et ne tardent pas à concrétiser leur domination. Mis sur orbite par une déviation inspirée de Pape Ibnou Ba, M’Changama ouvrait le score d’une frappe aussi limpide que splendide. Après l’entracte, son compère sénégalais aggravait la marque sur penalty. Les quelques supporters qui ont fait le court déplacement dans le 8e arrondissement assistaient alors à la prestation la plus aboutie de la saison marseillaise.

 

 

18e journée, samedi 2 février 2019.
Athlético Marseille – OM : 4-2
Quoi de mieux que d’accueillir la réserve de l’OM avec le vent en poupe ? Revigorés par deux probantes victoires face à Endoume (0-2) et Fréjus Saint-Raphaël (3-1), l’Athlético n’a jamais tremblé face aux jeunes Olympiens. Et ce même si Lucas Perrin a rapidement ouvert le score pour l’OM, au cœur d’une défense apathique. Irrésistible sur le front de l’attaque, Pape Ibnou Ba illuminait alors la rencontre de son talent. Juste avant la pause, d’un magnifique enchaînement contrôle de la poitrine-frappe dans le petit filet opposé, ce dernier remettait l’Athlético à la hauteur de son adversaire du jour. « Petit » récidivait à cinq minutes du terme, non sans avoir ridiculiser l’arrière-garde de l’OM, Tomas Hubocan inclus. Entretemps, Sander Benbachir et Deniz Erdogan avaient creusé l’écart. Le spectacle était au rendez-vous et l’ambition ranimait les lèvres des fans de l’Athlético.

 

 

19e journée, samedi 17 février 2019.
Toulon – Athlético Marseille : 4-1
Aujourd’hui champion et promu en National 1, le Sporting Club de Toulon n’était pas à la fête lorsque les hommes du duo Galli-Camizuli se sont présentés dans leur antre de Bon Rencontre, mi-février. Relancé par ses trois succès consécutifs, l’Athlético Marseille avait une occasion en or de passer devant ce sérieux candidat à l’accession (deux points d’écart avant le coup d’envoi) et d’affirmer définitivement sa position de prétendant. Mais la dure réalité a chassé le rêve. En l’espace de trente minutes, Toulon a fait voler en éclats la défense marseillaise (3-0). Le sursaut signé Pape Ibnou Ba n’était qu’anecdotique puisque le club de la Rascasse corsait l’addition à l’heure de jeu (4-1). Un coup de massue sur les têtes marseillaises.

 

 

23e journée, samedi 23 mars 2019.
Martigues – Athlético Marseille : 3-0

Toute la semaine Léon Galli et Didier Camizuli ont prévenu leurs protégés : s’ils souhaitent décrocher le titre de champion, ils ne pourront plus brûler de joker. Passant par la Venise provençale, la première étape de leur baroud d’honneur n’échappe pas à cette loi. En embuscade derrière le leader annécien (six points de retard), l’Athlético est donc condamné au sans faute. Même si l’escouade dirigée par Eric Chelle joue sa peau en National 2, on se dit que Martigues ne devrait pas être une étape insurmontable pour les partenaires de Kassim Abdallah. Néanmoins, rattrapé par ses démons entrevues notamment à Toulon, les « Bleus et Noirs » ont sombré dès la première demi-heure (3-0). Complément abattus, les Marseillais n’ont pas su réagir et ont dit, ce soir-là, adieu à la montée.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Twitter
YOUTUBE
Instagram